X – L'INSERTION DES HANDICAPÉS

 

 

Il ne peut y avoir d’indifférence envers ceux qui nous sont différents. Or notre modèle économique et social actuel n’est pas exemplaire en la matière et rend difficile le quotidien des familles qui vivent le handicap. C’est pourtant un moment fort de la solidarité nationale que d’être au côté de ceux qui en ont besoin, quand ils en ont le plus besoin!

Notre proposition repose sur des lignes directrices simples: être aux côtés des familles, former et insérer durablement dans l’emploi, rendre les villes plus accessibles, savoir se battre pour de grandes causes.


– Accessibilité

  • L’accessibilité est un enjeu primordial pour l’inclusion des personnes en situation de handicap : 40 % des personnes en situation de handicap se retrouvent sans emploi car elles n’ont pas les moyens d’atteindre leur lieu de travail. Or les gouvernements successifs se défaussent, reportant mandat après mandat l’application de la loi du 11 février 2005
     
  • Donner la priorité à l’accessibilité des transports publics et de la voirie.
    Accompagner les collectivités locales pour qu’elles fournissent une solution d’accessibilité à leurs habitants.

     
  • Investir pour faciliter l’accessibilité numérique. Nous créerons une plateforme numérique collaborative pour généraliser des bonnes pratiques locales.


– Changement de regard

  • Instaurer une sensibilisation systématique au handicap dans les écoles primaires et les collèges, en favorisant l’intervention de personnes concernées dans les classes.
     
  • Encourager la tenue d’actions collectives autour du handicap dans les administrations, les grandes entreprises publiques et les collectivités (séminaires, mécénat de compétence, collectes, partenariats, programmes d’aide).
     
  • Favoriser des binômes entre personnes valides et handicapées dans les différents lieux de vie (école, travail, ville) fondés sur l’échange et la contribution effective de chacun.

 


– Simplifier les démarches pour les personnes handicapées

  • Identifier un référent facilement accessible pour chaque personne, qui permettra de renforcer l’accompagnement aux démarches.
     
  • Améliorer la protection juridique des majeurs sous tutelle afin de répondre aux recommandations récentes du Défenseur des droits. Nous développerons les moyens des services des tutelles afin de permettre un encadrement individualisé de qualité de ces personnes.

 

              – Ressources

Obtenir l’AAH (Allocation Adulte Handicapé) est trop difficile et pour de nombreuses personnes en situation de handicap, le montant est actuellement insuffisant.

  • Revaloriser l’AAH de 200 € pour atteindre 1 008,46 € afin que plus aucune personne en situation de handicap ne vive sous le seuil de pauvreté, et indexer à l’inflation cette allocation.
  • Accorder une part fiscale complète aux familles ayant un enfant en situation de handicap (dès la première personne à charge).
  • Faire bénéficier aux personnes en situation de handicap d’un titre ouvrant droit à des réductions pour l’accès aux divertissements et à la culture au même titre que les étudiants, les demandeurs d’emploi et les seniors.

– Scolarité et enseignement


20 000 enfants en situation de handicap sont sans solution de scolarisation. Les postes d’AVS (Assistante de Vie Scolaire) et d’AESH (Accompagnement des Élèves en Situation de Handicap) sont insuffisants pour permettre une réelle inclusion de ces enfants en milieu scolaire ordinaire. Mon projet consiste à :

  • Revoir le dispositif d’insertion à l’école des enfants en situation de handicap pour garantir une prise en charge par l’Éducation nationale dès l’âge de 3 ans :
  • Créer des postes d’AVS (Assistante de Vie Scolaire) et d’AESH (Accompagnement des Élèves en Situation de Handicap) en nombre suffisant afin que tous les élèves en situation de handicap aient une solution de scolarisation durable et à temps complet.
  • Permettre aux AVS et AESH de suivre une formation qualifiante et diplômante et d’avoir une perspective professionnelle stable.

 

– Emploi et insertion professionnelle

  • De mettre en place un système de contrôle renforcé (tous les ans) et d’incitations pour permettre aux entreprises et administrations d’atteindre le quota prévu par la loi de 1987 de 6% de personnes en situation de handicap dans les entreprises. C’est ce qui est fait dans ma commune.
  • De mettre en place un suivi régulier (au moins une fois par an) des travailleurs en situation de handicap pour s’assurer du respect de leur RQTH (Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé) et des bonnes conditions de travail afin de prévenir les infractions au droit du travail que ce soit en entreprise ordinaire, en EA (Entreprise Adaptée), en CDTD (Centre de Distribution du Travail à Domicile) et en ESAT (Établissement de Services d’Aide par le Travail).
  • D’assurer une meilleure prise en compte des situations de handicap par notre système de retraite.
  • De faciliter la réinsertion en mettant en place des formations dans l’intervalle précédant la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé.
  • De favoriser les aménagements de véhicules et le covoiturage dans les entreprises entre les salariés valides et les personnes en situation de handicap.
  • Privilégier pour les personnes à mobilité réduite l’accès au télétravail (ce qui passe par l’extension de l’accès au très haut débit et de la couverture des téléphones portables à toutes les zones rurales, bourgs et petites villes).
  • Renforcer l’accès au numérique pour les personnes en situation de handicap, grâce à des contenus audio et visuels adaptés.
  • Créer un fonds financier de 50 millions d’€ pour développer la recherche, la diffusion et la fabrication française des accessoires intelligents.

 

             – Accès aux soins

L’accès au soin est tributaire de problèmes transversaux que vous évoquez dans la question auxquels je propose les solutions suivantes :

  • Revoir à la hausse tous les tarifs de remboursements des actes les plus lourds.
  • Faire en sorte que l’autisme permette d’ouvrir des droits auprès de la MDPH et que les éventuelles particularités à la prise en charge se déterminent lors de l’entretien pour définir le projet de vie de l’enfant.
  • Renforcer les effectifs, notamment le nombre de médecins, dans les MDPH pour mettre fin aux délais de traitement beaucoup trop longs.
  • Exiger une meilleure coordination entre les Caisses d’assurance maladie et les MDPH pour éviter, comme c’est le cas actuellement, des décisions contradictoires entre les deux services. La décision du médecin Conseil de la CPAM doit être prise en compte dans les critères du dossier MDPH.
  • Simplifier les démarches et des dossiers de demandes MDPH. Les dossiers sont complexes et longs à remplir. Ils doivent être accessibles et compréhensibles par tous.

 

– Les aidants

 

  • Favoriser les périodes de répit pour les aidants.
  • Permettre le don de RTT entre collègues pour les personnes aidantes dans les entreprises.
  • Prendre en compte la situation des personnes aidantes dans le calcul de l’âge de départ à la retraite dans la réforme que nous conduirons.
  • Permettre aux aidants de mieux se former ou d’être accompagnés, au moment de l’annonce du handicap d’un proche et de manière régulière

 

Indépendamment de cela, nous proposons également de:

 

  1. Créer une échelle de Handicap Européenne, reconnue à travers toute l’Europe.
  2. Reconnaitre les Aidants comme « employés » à temps plein, entre autres pour le droit à la retraite.
  3. Mettre en œuvre la loi retraite de 2005 dans toutes les villes et la renforcer.
  4. Mettre en place des accès dans les établissements scolaires, complets, avec les accompagnements nécessaires pour la prise en charge des handicapés.
  5. Obtenir de meilleurs aides pour l’achat et la transformation des véhicules pour handicapés.

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Front des Patriotes Républicains